Malala à l’ONU : un tournant ?

ImageNous l’avons vue avec émotion.

http://www.dailymotion.com/video/x11u5dh_malala-a-l-onu-les-talibans-voulaient-nous-reduire-au-silence-mais-ils-ont-echoue_news#from=embediframe

Nous l’avons vue, debout, rétablie en dépit des séquelles visibles de l’attentat du 9 octobre.

Nous l’avons entendue à la tribune des Nations Unies, affirmant d’une voix forte :

« Ils pensaient qu’une balle allait nous faire taire mais ils ont échoué ! »

Belle revanche sur les islamistes qu’elle désigne : talibans , extrémistes et terroristes.

Le combat pour le droit des filles à l’éducation, pour le droit de tous les enfants, est-il pour autant en passe d’être remporté ?Certes non, il est devant nous.

- Les talibans continuent à semer la mort au Pakistan.. Le 14 juin ils ont assassiné 14 étudiantes dans leur bus scolaire et essayé d’achever les rescapées par un second attentat à l’hôpital..Les islamistes de Boko Haram commettent des crimes contre l’humanité au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique. Le 6 juillet, ils ont assassiné 42 enfants dans leur école, contraignant les autorités de l’état de Yobe à fermer toutes les école secondaires.

- En Afghanistan, où la scolarisation des enfants, singulièrement celle des filles a progressé de façons spectaculaire depuis la chute des talibans, c’est désormais le dialogue avec ces mêmes talibans, soutenus par le Pakistan, qui est à l’ordre du jour !

Prenons garde à ne pas laisser détourner le combat de Malala en le délayant dans le loubable objectif global de la scolarisation de tous les enfants de la planète, tel que le présente l’UNESCO.

- Certes il faut des budgets immenses pour construire les écoles, recruter et former les enseignants, acheter livres et fournitures scolaires nécessaires alors qu’au moins 57 millions d’enfants dans le monde sont privés d’éducation dans le monde.

Mais il faut le dire : ce n’est pas faute d’écoles, d’enseignantes et de livres que Malala et son amie Shazia, qui vient de le rejoindre en Grande-Bretagne, sont empêchées d’étudier au Pakistan mais faute de protection face au terrorisme des talibans.

- Il faut désigner l’urgence du combat politique contre ceux dont l’agenda passe par l’interdiction de l’éducation !

Pour juste que soit l’exigence adressée aux dirigeants mondiaux de faire de l’éducation une priorité budgétaire, elle sonne creux si elle n’est pas assortie d’une exigence politique, celle exprimée notamment par Shoukria Haidar, Présidente de Negar, soutien aux femmes d’Afghanistan : ne pas négocier avec les talibans.

Plus largement l’exigence de refuser le compromis avec les islamistes et de cesser de les conforter, ceci valant pour les Frères Mususlmans, Ennahda ou le Hezbollah.

Sauver les enfants du terrorisme reste une urgence absolue.

- Fazal ur Rehman Afridi, Président de l’IRESK, partenaire pakistanais du Collectif Contre le Terrorisme et du réseau de l’Alliance Internationale Contre le Terrorisme, mène ce combat.

Il participera le 23 octobre 2013 à la conférence organisée par le Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme , « Résister au terrorisme, la leçon d’Albert Camus. »

An excellent article by Huguette Chomski Magnis, praising Malala for her speech and courage.

Bravo!

 
 
Publié le samedi 13 juillet 2013
par MPCT

 

Leave a comment

Filed under De-Pashtunisation of Pashtuns by Pakistan

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s